Hiver

 

 

Là-bas, au dru noir du pré,
le vent vieux s’est levé
et, ton nom,
personne ne l’a dit
Où t’en vas-tu l’enfante
avec, sous tes paupières mauves,
ce rêve blond de tiédeur ?
Hiver,
un sablier grelotte sur la route glacée
Petite âme blottie dans tes incertitudes,
où t’en cours-tu ainsi
sur les chemins d’envers ?
Personne sur tes traces
personne devant la porte
et, dans ta main serrée,
ce nom nu
dont personne n’a voulu.